• Carole L'Archer
  • Artiste-peintre
  • Blogueuse
photo de Carole

Des pigments pour l’enluminure – Partie 2/4

Des pigments pour l’enluminure – Partie 2/4

Avant d’utiliser les pigments purs, il est indispensable de comprendre qu’ils sont les plus adéquats pour la réalisation d’enluminures. Leur préparation doit se faire selon des techniques médiévales qui ont fait leurs preuves. Il en résulte des qualités indispensables à leur conservation, même si elles paraissent paradoxales. Souples au moment de la pose, les couleurs deviendront dures et résistantes après de mois de séchage. Sensibles à l’hygrométrie, elles sauront s’attendrir afin de suivre les mouvements du parchemin. N’oublions pas que celui-ci était destiné à être feuilleté.

Les composantes sont d’origines naturelles et ne doivent absolument pas ressembler à l’acrylique.

Connaître les recettes de l’enluminure se mérite, et les comprendre demande des années de patience.

Faire de l’enluminure depuis six mois et prétendre connaître ses secrets serait sous-estimer la richesse de cette technique et faire affront à ceux qui l’ont élaborée.

Je suis heureuse de me considérer encore comme débutante en la matière, même si mes travaux offrent un résultat raisonnable. Être consciente que j’aurai besoin de ma vie entière pour mieux comprendre et saisir tous les mystères de l’enluminure fait que je m’y attache. Approcher les couleurs, leur histoire, leurs origines, leur chimie, leur fabrication, leur préparation, leur conservation, leur application, leur valeur me rappelle à l’ordre chaque jour. Je ne connais encore que très peu de chose à propos de cette science et mon talent en dessin me permet seulement de présenter cet art.

Je ne me lasse jamais d’apprendre, et l’humilité est indispensable à cet apprentissage. Elle n’empêche toutefois pas de démontrer combien cet art donne du bonheur. Chacune de mes oeuvres me procure un plaisir intense et m’invite à réitérer l’exercice.

Nous vivons à une époque régie par les règles de la surconsommation et tout est accessible sans avoir la moindre idée des méthodes de préparation.

Nous oublions cependant trop souvent que préparer un bon thé frais donne beaucoup plus de satisfaction qu’acheter une bouteille dont l’étiquette vante qualité et plaisir.

Quel bonheur de préparer un repas de famille ou entre amis avant de le savourer avec grand appétit, tant les effluves des marmites nous ont attirés et invités à la dégustation !

Quelle fierté de porter une robe de notre confection ou une veste taillée sur mesure par un couturier talentueux !

Quel bonheur de présenter mes travaux et, à l’occasion, de décrire quelques recettes mystérieuses nécessaires à la préparation des parchemins, des colles, des couleurs, des encres et autres composants du livre manuscrit. Prendre conscience des différentes étapes de réalisation de l’enluminure et du manuscrit permet de donner toute la noblesse à cet art.

 

Myriam Chesseboeuf, auteure

Le Parchemin du Roy « Boutique de l’Écriture »
https://www.facebook.com/leparcheminduroy
http://www.leparchemindu
Dans un prochain article, nous parlerons de « rendre visible l’invisible »

Pour en connaître d’avantage, vous pouvez vous procurer son magnifique livre

Voir aussi: L’art de la calligraphie: http://bloguart.com/lart-de-la-calligraphie-et-de-lenluminure/
Partie 1: http://bloguart.com/enlumineur-quest-ce-que-cest-partie-1/

 

Auteur: Myriam Chesseboeuf

468 ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *